Friday, September 07, 2007

The author of this blog hereby reminds you that she will be busy being her hyper self all around Tunisia from tomorrow until September 17. Quartz's Song thanks you for your interest in this blog; please check back for the next update in 10 days. In the meantime, feel free to keep worshiping me in any way you deem suitable.

And thank you everyone for the nice wishes!
Fixed my IE problem with a simple update.

Yay.
Taupe : j'ai voulu te laisser le lien dans tes commentaires, mais ça n'a jamais voulu fonctionner, alors voilà : Selim Tours

Je te dirai si je te les recommande officiellement à mon retour !

Vous savez que le bureau est débordé quand vous vous rendez demander du travail aux deux conseillères et que vous trouvez une à lire l'horoscope et l'autre à jouer au solitaire.
C'est vraiment si important d'avoir raison ?

I'm in my war, you're in yours - do we fight for peace?
Maridi, je l'ai mentionné brièvement, se remet d'une entorse cervicale. Elle est donc incapable de travailler des journées complètes, et depuis quelques semaines, elle ne vient au bureau que pour l'avant-midi. Avant de quitter aujourd'hui, elle a salué tout le monde puisqu'elle part en vacances.

Isa s'est pointée dans mon bureau : "Ça te donne pas l'impression qu'elle est comme partie en voyage sans toi ?"

How is that even remotely possible that installing IE 7 would prevent me from accessing my Hotmail account from Outlook Express?

This is plain ridiculous.

I'm probably gonna have to uninstall IE 7; and then I'll switch to one of those free browsers I never got the fuss over until today...

Congrats, Microsoft.

Thursday, September 06, 2007

I think, when I kissed him the other night, I was wanting to believe that the love he had for me was still there, because if it was still there, then it had to have been there in the first place. (Ally McBeal)
I don't believe the words I hear, not anymore, and I barely rely on actions at all, because purposefulness is so easy.

Some words do get to me once in a while, though, and the reaction they trigger before I discard them is two-fold; first I wish they were true, then the fact that they were pronounced at all deeply disgusts me.

Appel à tous, chers membres de mon lectorat montréalais : moi et Maridi prenons l'avion samedi soir à Montréal. Nous devons d'abord déposer son chum au métro, puis nous avons l'intention d'aller diner. Connaissez-vous des restos intéressants dans le coin ? Je laisserai Fred sur la ligne orange (Côte-Vertu, de la Savane, ce coin-là).
Voici ce dont on discutait à la radio ce matin quand mon cadran est parti.

Qu'en pensez-vous ?

Passage clef : "un geste également observé chez d'autres primates".

Vous penserez à moi en visitant ce lien la semaine prochaine : http://www.meteotunisie.com/

(la dernière fois que j'ai utilisé mail-to-blogger de façon intensive, c'était il y a deux ans, et il était alors impossible d'utiliser de l'HTML dans mes posts pour insérer des liens... j'ignore si ça a été amélioré depuis, mais sinon, je corrigerai le tout à mon retour chez moi, de façon à vous éviter la lourde de tâche de copier-coller le lien dans votre barre d'adresse... car oui ! j'ai updaté mon navigateur hier soir et j'arrive à nouveau à me logger dans Blogger !)

Chaque fois, c'est la même chose : les quelques jours avant de partir en voyage, je n'ai plus rien à me mettre sur le dos. C'est ce soir que je fais la dernière brassée de lavage avant de faire mes bagages : j'ai donc averti mes collègues que je ne garantis pas le style de ce que j'aurai sur le dos demain.

On m'a proposé de venir travailler en pyjama.

J'avoue que j'y songe sérieusement. Je n'y penserais pas à deux fois si je ne devais pas d'abord me taper le trajet en autobus comme ça...

Wednesday, September 05, 2007

I don't mind entertaining, but I like it to be fair.

And it only just occured to me - right now, you're using my shoes as an entertainment device while you've been refusing to publicize or even acknowledge that you ever were wearing them.
The Stroboscope


You talk about it as if it were nothing. It must've been so rough, though.

Beginning of the afternoon. Walking home from the bus stop. An empty sidewalk on a sunny day. The sun shining down on me and my cold, cold heart. Doubt sneaking in.

Breathe in.

Blind faith, cheated sacrifices. Dizziness, the world constantly spinning, that light-headed feeling and the inability to hold on to anything from the outside world.

Breathe out.

Because sometimes appearances are all there is left.

Jangle, jingle, jingle, jangle
Jingle and circle again


The corner of the bedroom, wishing to turn into stone. Stuck on one question blocking all other thoughts: that's it? that's really all I'm worth?

Breathe in.

A six-hour drive with a brief stop halfway through. Polluting my after-life. Tears slowly rolling down, silent cries, desperate for anybody to care. Coffee and the urge to run. Thinking he could get us killed tonight and it would be okay.
Did I imagine it or did he actually say this?

Breathe out.

The reason I hate you so much is I don't have the strength to start over.
One more bitter failure is having to admit that you'll never have enough words.
Nothing changes, ever.

Especially not you.

Bon, ça y est.

J : Bonjour.
Quartz : Bonjour.
J : Mon Dieu, t'as l'air calme.

Is Blogger being a bitch to anyone else? I haven't been able to log in for two days now; thank god for Mail-to-Blogger. But I can't categorize my posts or update the countdown. Even my blog won't load on my computer, but all others will. Which strangely resembles persecution.

But for the record, we're down to three days, people.

Other than that, I'm feeling sort of disappointed today, but I will try and expand on that in another entry.

Sinon, ma quote du jour, parce que c'est la première chose qui m'a fait sourire ce matin :
Quartz : J'ai eu un un accident DE VÉLO, PUTAIN, et j'ai des côtes fêlées.
DraG : Vraiment le genre de truc qui peut juste t'arriver à toi.

Tuesday, September 04, 2007

Coïncidences amusantes :

La semaine prochaine nous arrive un stagiaire au bureau.

(Moi, j'attends ça depuis mon arrivée, accueillir un stagiaire, pour une fois que c'est pas moi !)

Je savais déjà qu'il étudie à l'université où j'ai fait mon bac, mais en plus, je viens d'apprendre qu'il va habiter sur ma rue.

Ajoutez manque de sommeil et Tunisie dans quatre jours (je sais, le décompte est encore à 5 - Blogger a refusé de loader mon template quand j'étais chez moi), et ça vous donne une idée de ma concentration aujourd'hui...
Dans la catégorie "aberration", ya le fait que le jeu que j'ai découvert au Chapters, Québecopoly, version québécoise du jeu Monopoly, est fabriqué aux États-Unis.
It's a concept I haven't been in any way capable of grasping for a while, now. It's something remote that just doesn't make any sense to me and that I can't even bring myself to call real.

Because the part of my brain that should be assimilating and accepting it was called a witch and burned. And I'm no witch, but I'm certainly no phoenix either.

I don't feel it because I refuse to take off my blindfold; because when it comes to worth, ability and risk, I'm not sure I can measure up and/or juggle.

Monday, September 03, 2007

Ce soir, j'ai encore évité de justesse de me faire frapper, pendant que je marchais, par un imbécile qui n'a juste pas regardé à sa droite. Je lui ai crié un ALLO ???? en reculant subitement alors qu'il passait devant moi et j'ai eu à quoi ?

À un regard vide, fixe, sans expression. Aucune surprise, aucune frayeur. Pas un seul mot. Il n'a même pas appuyé sur les freins à retardement, RIEN DU TOUT. Aucun signe qu'il réalisait qu'il avait passé proche de me frapper. Câlisse. Non, j'ai rien, mais j'ai eu peur, ça compte.

Je fais des associations malsaines, je suis la première à le reconnaître.

Mais ça doit bien faire deux ans que les gens s'amusent à m'attaquer et à me mettre en miettes en négligeant entièrement de s'excuser, préférant me prendre de haut. Avec un maudit regard fixe et vide. Comme s'ils n'avaient rien à se reprocher.

Le prochain qui passe près de me frapper, je vous jure que je lui détruis son foutu char.
Sérieusement, c'est quoi ce genre de programme à power trip-là qui refuse de runner à moins que j'augmente ma résolution ???

Et non, c'est même pas un jeu, si vous vous posiez la question, auquel cas ç'aurait du sens...!

Sunday, September 02, 2007

Si vous avez un porte-clefs en genre de peluche (un matériel qu'on peut également qualifier de "minou") et que vous le rangez dans votre sacoche dans une pochette qui se ferme par un zipper, prenez garde, car vous pourriez un jour, contre toute attente, dire à voix haute la phrase suivante :

Voyons, j'ai le minou pogné dans le zipper...
What just happened, did you kiss me
Cause that's a place we've never been until now
And I don't know how it's gonna be after this
Do we pretend these feelings don't exist at all
Or do we fall
My confusion shows whenever you get so close
I stumble, I stutter, forget what to say
I'm nervous, I wonder why I'm acting this way
It's temporary insanity
What's going on with you and me
Is it real or is it fantasy
Forever or just temporary
Insanity
You made a move and changed your mind
Too much to lose, you've crossed the line between friends
And something more
Was it all a big mistake
And if it was, it's much too late to undo
And I don't really want to
Let you go but I still don't know
How I feel about you
What this really means
It's crazy to want you
Is it meant to be
It's temporary insanity
What's going on with you and me
Is it real or is it fantasy
Forever or just temporary
It's temporary insanity
What's going on with you and me
Is it real or is it fantasy
Forever or just temporary
Insanity
What you do to me
What comes over me
If this is crazy there's nothing I'd rather be
It's temporary insanity
What's going on with you and me
Is it real or is it fantasy
Forever or just temporary
It's temporary insanity
What's going on with you and me
Is it real or is it fantasy
Forever or just temporary
Losing my mind, losing my mind, losing my mind
Losing my mind, losing my mind, losing my mind