Saturday, May 14, 2005

The day went by in a sort of haze. Probably because I'm not used to waking up so late anymore... And probably also in great part because of the lousy weather.

I woke up and everything felt very slow right up until noon... and then, somehow, time accelerated and all of a sudden it was 4, and now it's past 9 and I'm not sure exactly what I have been doing in between.
Le CAPITOLE !!!! C'est ça, le nom ! Ya de l'espoir pour moi !
Tweety - as-tu quelque chose de prévu demain soir ? Je pensais passer la fin de semaine enfermée chez moi, mais je crois qu'une journée pantalon-jogging me suffira. Moi, j'aimerais bien aller voir The Hitchiker's Guide to the Galaxy - si ça te tente, pourrais-tu vérifier s'il joue au... bon, merde, ça va mal, me souvient plus du seul et unique cinéma de mon ancien coin... mais bon, pourrais-tu vérifier s'il joue demain soir ? Genre vers 7 heures, un truc du genre, je peux pas revenir à l'appart' trop tard vu que je travaille le lendemain... J'ai dormi 12 heures cette nuit et j'ai bien l'intention de faire pareil demain, mais c'est curieux comment les réserves de sommeil s'amenuisent pendant la semaine !

Enfin, appelle-moi si tu vois ce message - j'imagine que tu travailles jusqu'à six heures, je vais sûrement essayer de t'appeler dans la soirée. Comme ça, j'irais passer une partie de la journée chez mes parents. Enfin. C'est pas grave si tu peux pas ou si t'as pas envie. Donne-moi des nouvelles. :)
Je sais pas ce qui m'a passé par la tête le jour où, après ma crise de je-veux-des-pantalons-jogging, je me suis dit que finalement, je n'en avais pas besoin. Est-ce que je me suis dit que c'était juste un écoeurement passager après 12 semaines à devoir avoir un simili look corporate ? Est-ce que je me suis dit que je pouvais vivre sans ? Est-ce que je me suis dit qu'après tout, j'avais encore mes pantalons que j'avais acheté du temps où j'allais au gym et qu'ils feraient la job ?

Parce que je me trompais.
D'accord, des pantalons jogging, j'en porte pas super souvent, mais ya des jours où c'est nécessaire. C'est un truc qu'il faut toujours avoir dans son garde-robe. Et oui, les pantalons d'exercice font la job et ça me dérangerait même pas qu'ils fassent swouch-swouch à chaque pas que je fais si, au moins, ils étaient de la bonne grandeur !!! Mais là, ces pantalons-là, ils datent d'il y a deux ans, et ils sont trop grands !

J'ai BESOIN de pantalon jogging. Rappelez-moi ça quand je déciderai que c'est pas nécessaire...

Friday, May 13, 2005

At work it was the air conditionning, back at "home", I don't understand, but it's still equally cold.

And by the way. I'd like to know. What do you see?
Rob: good idea. Do you think Pam would be willing to teach me Japanese? ;)

Something weird about working here is you NEVER have a clue what language you might have to speak when you enter a room. A while ago, I mentionned how crazy it got in New Years family reunions when I constantly had to walk around the place switching my "language" setting from French to English and back again... well it's even worse here. Because not only do you never know what the first language of the person you have in front of you is, it wouldn't even help if you did. Because after all, everybody here speaks both languages. So say the person standing in the room you're walking into is English - if that person knows you're French, they might very well start speaking to you in French. You NEVER know. It's incredible.

untitled

When I own my own company (which well, I don't plan to do but that would be beside the point, but while we're at it, I'd really rather someone I know started their own company and hired me - and it's working, considering I already got a job offer in New Hampshire ;) hopefully, in time, those will become slightly more interesting...) A/C will be for emergencies. I mean extreme heat waves. Other than that, we'll just open the windows. This morning I'm freezing here.

Me suis mis sur le dos un truc à manches longues sensé dénuder les épaules, et je gèle tellement que j'ai fini par le zipper au complet - et comme cé pas un truc sensé s'attacher autour du cou, ça donne un espèce de giga col. Ça ferait pas les pages de mode de Châtelaine, mais c'est pas si laid non plus. On peut pas avoir un style sans reproche tout le temps - de toute manière, mes pieds sont encore en rémission de l'épisode des sandales de mercredi, alors...

On my way up north, up on the ventura
I pulled back the hood and I was talking to you
And I knew that it would be a lifelong thing
But I didn't know that we, we could break a silver lining
And I'm so sad like a good book
And I can't put this day back
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
Things he said that day, up on the 101
The girl come undone
I tried to downplay it with a bet about us
I could not erase it
And I'm so sad like a good book
And I can't put this day back
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
And I ride along you
And I rode along side you then
And rode along side till you lost me there
In the open road
And I rode along side till the honey spread itself so thing
For me to break your bread
For me to take your word
I had to steal it
I could pick back up whenever I feel
Down New Mexico way, something about the open road
I knew that he was looking for some Indian blood
Find a little in you, find a little in me
We may be on this road but we're just impostors in this country
So we go along and we said we'd fake it
Feel better with Oliver Stone till I almost smacked him
seemed right that night
And I don't know what takes hold out there in the desert cold
These guys think they must try and just get over on us
And I'm so sad like a good book
And I can't put this day back
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
Way up North, I took my day
All in all, it was a pretty nice day
Put the hood right back where
You could taste heaven perfectly
Feel all the sun and breeze
Didn't know when we'd be back again
And I don't, didn't think we'd end up like
Like this
And I'm so sad like a good book
And I can't put this day back
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
I could pick back up whenever I feel
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
A sorta fairy tale with you
I could pick back up whenever I feel


2y.10m.3d. - so it's just too bad.
I'll get back to you.

Thursday, May 12, 2005

DraG : on se parle à longueur de journée alors en théorie, je devrais pas devoir te parler ici, mais j'oublie constamment :

1. Merci pour les liens pour l'ordi et Wallace et Gromit - à 50$, par contre, je pense que je vais attendre encore un peu pour le DVd. Mais merci !
2. As-tu l'intention de te pointer au truc-machin organisé par l'asso au mois d'août ?
Tweety... si t'as un char manuel, est-ce que tu vas vouloir me faire conduire un peu pour que j'assimile totalement la technique, une fois que tu vas l'avoir assimilée toi-même ? Moi aussi, faut vraiment que j'apprenne à conduire manuel...

Mon opinion, pour ce qu'elle vaut, c'est que c'est vraiment pas la fin du monde d'avoir une boîte à savon pour 300$. J'avais payé un peu plus que le double de ça pour ma Quartzmobile (je m'ennuie de cette auto-là uniquement parce qu'elle avait un nom !!!) et ce truc-là, c'était ce qui se faisait de plus divertissant comme ramassis de gugusses qui marchaient plus ou moins.

(Pour ceux qui ne se souviennent pas ou, pire, n'ont pas connu feu la Quartzmobile, le defrost surchauffait avec un DZZZZZ de circonstance, le toit coulait, la chauffrette faisait des siennes (mais ça, ça avait fini par se placer peu avant sa mort cruelle dans une rue de Longueuil...), le klaxon ne fonctionnait pas (jusqu'à temps qu'obscurément, en fouillant dans les fils, mon père le fasse marcher sans le vouloir), le steering collait et... je crois que c'était tout. Mais j'avais un démarreur à distance. Enfin. Suis allée à un party une fois, toute seule dans un party remplis de gens que je connaissais pas, et je me souviens que mon auto m'a beaucoup fournie en sujets de conversation. Merci Quartzmobile ! Enfin, au bout d'un certain temps, on s'est rendu compte que la transmission était également finie, j'ai eu droit au traumatisme de ma vie en prenant au-dessus d'une heure à me parker et j'ai PLUS JAMAIS VOULU RETOUCHER À CE CHAR-LÀ !)

Donc, parce que je m'en allais en quelque part avec ça, je crois que finalement, on peut dire que Tweety a commencé plutôt haut dans la vie avec son petit char sport rouge, alors le switch à la boîte à savon, quoique brutal, n'est qu'un stade normal de la vie qui est apparemment inversé dans la tienne ! Et puis si ça te coûte 300$ apprendre à conduire manuel, c'est pas si pire...

Enfin. Tout ça me fait penser que je devrais probablement baptiser mon auto présente. J'ai baptisé la première et elle m'a durée à peu près 6 mois. (à moi, elle a duré 6 mois, mon père s'en est servi pendant un petit bout après ça, je sais pas pourquoi, quand lui il s'en servait, la transmission l'écoutait. Pas juste) Celle que j'ai présentement, ça doit être la première auto que je garde plus d'un an, alors ça vaudrait peut-être la peine....!

Et finalement, j'ai très hâte de relire ma lettre d'il y a 5 ans, surtout après avoir appris que Tweety a écrit elle-même dans la sienne que, déjà à ce moment-là, j'avais toujours raison ! Je me souviens que, de façon surprenante, le gag a continué au cégep, alors qu'à ce moment-là, j'avais "toujours raison mais Cath B [savait] tout"...

It's only been two days and this morning I couldn't recall my password for my internet account. After various tries I got it, but for a while there I could've SWORN that it wasn't the password I had chosen to begin with.

Wow.

Well this morning this little window appeared on my screen on boot, warning me about the restricted web access AND new uses of the internet that are forbidden. There was, as to be expected, the use of instant messenger programs, personal e-mails, etc, etc, but was also included accessing any sort of video or audio file. Including web radio. I honestly think this is way over the top, but whatever.

My phone rang for the very *second* time today. This is getting exciting - or not. I don't really like talking on the phone when everybody else can hear me. I get extra worried about being too loud. I like getting stressed out over stupid things. Keeps my mind off the important stuff. Anyways, just the sound of my phone ringing bothers me because well, it's loud. I really need to get used to this.

Finally, I must state that I now like Excel, although I used this program way too often for physics labs, because documents open right on the page you were at when you closed them. Which, when said documents have 11 pages, can be real useful.

Wednesday, May 11, 2005

untitled

"Please execute the following steps:
- Shutdown your PC at the end of the day Friday.
- On Monday, boot your computer; the upgrade will automatically launch
- Your workstation will then automatically reboot."

Wow. That's pretty complicated. I really hope I don't screw that up.

Ma bouteille d'eau Winnie the Pooh a déjà commencé à perdre ses couleurs. Tant pis. Ce sera un beau trip le temps que ça durera. :)

Rob: yeah, but taking into consideration that your job is bumming around, chatting on MSN and looking up new links to waste your time, your covering for someone else isn't impressing me. :P

Pour l'instant, moi, je dors debout. Les deux prochaines heures seront très, très longues. Je comprends pas la moitié du truc que j'ai commencé à traduire ce matin, ce qui fait que ma première version est ce qui se fait de plus démotivant.

Rob: Well we are now :P
My productivity isn't affected all that much as internet access seems to be restricted a lot (could access my blog yesterday, can't anymore today) - thank you for worrying.
So back to you: what exactly have you been doing at work today?

What's really sad about this is that they're really beautiful sandals. And I like high heels. This morning I was almost as tall as Peanut - which doesn't happen quite often. *sigh*

Oh, and I did bring my hand cream to work. So far it's my only personal decoration - that, and my Winnie the Pooh water bottle. This place needs spicing up. I can't be creative in a grey environment.

untitled

I am glad to announce that I decided to wear those high-heel sandals that my aunt gave to me a few months back because they were too small for her (or something, my point is they were hers before). I am also proud to announce that I will NEVER wear them uncomfortable things again.

Tuesday, May 10, 2005

Rob: would you be implying that you are a productive employee?
Ha ! Et ma mère m'a téléphoné pour me dire que j'avais reçu une lettre de mon école secondaire... J'ai pas tout à fait compris puis j'ai allumé :

Au secondaire, en pastorale, on nous avait fait prendre l'habitude de nous écrire une lettre à nous-mêmes qu'on nous remettait l'année suivante. Puis, en secondaire V, on s'est écrit une lettre qu'on promettait de nous renvoyer 5 ans après notre graduation. Et ça fait 5 ans cette année que j'ai fini mon secondaire - c'est donc cette lettre-là que mes parents ont reçu ! C'est vraiment très drôle - je me souviens d'exactement une phrase que j'avais mis là-dedans, et je me souviens aussi que Tweety avait ajouté un commentaire mais que j'ai remis ma lettre avant de le lire. J'ai hâte de lire ça !
Ha ! François Pérusse a fait des sonneries de cellulaire ! Trop hot !

Let this day go down in history as the day I FINALLY got my internet access at work.

Ah, merde !

Ça fait une semaine que j'oublie de vérifier ma date de remise de stage chez moi pour l'écrire dans mon calendrier de la job, hier, j'ai réussi à utiliser DraG pour qu'il aille vérifier de son bureau (car il existe des gens heureux sur la terre qui ont l'internet) et me l'envoie - et je découvre ce matin que je l'ai même pas écrit au bon endroit DONC j'ai toujours pas la date. Bordel.

Ma note d'anthropo est rentrée : j'ai fini avec A-. Évidemment. Ça veut dire que ma note du dernier examen était pas très forte (mais on s'y attendais), mais c'est quand même un bon résultat alors je m'estime satisfaite et je passe à autre chose. Ne manquait plus que cette note-là à rentrer, par conséquent, ma session d'hiver est officiellement finie.

C'est donc officiellement l'été ! J'ai pu me taper une petite marche de 10 minutes pour me rendre à ma dernière formation... J'avais décidé, en entendant ce matin qu'il allait faire 25, qu'aujourd'hui, c'était mon Short-Sleeves Day et mon No Coat Day, et même si j'ai eu un peu froid ce matin, j'ai été récompensée en sortant de ma formation par un beau gros soleil !

Monday, May 09, 2005

What could I use to personalize this office?

I usually try not to "live" out of my own place and I am usually very troubled by people who have tons of stuff in their car, for example. But I figured it could be nice to live in my office for the term.

By the way, I also experimented my very first work computer crash about an hour ago. It was touching.

Quote du jour, juste parce que ça adonne bien :

« Alors ici, on a un grand nombre d'atlas, des atlas de pays, de villes, de tout... Donc vous pouvez aussi vous en servir pour élaborer un voyage personnel... »

untitled

Moment troublant d'une journée :

Je cherche tout innocemment la signification d'une énième abbréviation et je tombe sur la fiche suivante..
File number : Grébiche -->Numéro d'ordre d'un travail inscrit au registre des commandes d'une imprimerie; reproduit sur l'imprimé avec les indications de date, de tirage et le nom de l'imprimeur, il facilite les recherches d'un travail pour la réimpression.

Note to self: carry hand cream at work in order to avoid going crazy over stingy hands.

Sunday, May 08, 2005

L'autre jour, après le travail, durant ma demi-heure de marche quotidienne au cours de laquelle je discourre avec moi-même sur plein de trucs innintéressants de la vie, j'ai croisé un des anciens musiciens de la comédie. Évidemment, parce que ya du peuple à Montréal, parce que j'avais mes lunettes fumées et aussi parce que ya des grandes chances qu'il ne se souvienne plus de moi, on n'a fait que se croiser rapidement, et je me suis immédiatement sentie soulagée qu'il ne m'ait pas vue.

Bon, évidemment, quand je me sens soulagée de pas avoir envie de parler à quelqu'un, je finis toujours par me sentir cheap, mais bon, ce gars-là en particulier, j'ai vraiment essayé de le trouver smatte, mais bon, ça a juste pas marché. Ou non, c'est pas tout à fait vrai : c'était un gars très sympathique - à ce que j'ai vu les fois où je lui ai parlé, ce qui doit bien donner un total d'ouf, une bonne minute et quart - mais juste, vraiment, juste trop tranquille, sérieux, gêné.

Parce que c'est triste, je peux bien apprécier les gars très doux et tranquilles, mais je suis bien obligée d'avouer que si j'ai le choix, je préfère (quelle horreur !) les freaks beaucoup trop joyeux que vous rencontrez alors qu'ils sont complètement gelés mais qui, de façon étonnante, réussissent à se souvenir de vous des mois plus tard et à vous trouver dans une foule alors que vous êtes dans un bizarre d'endroit - et je les préfère parce que ces freaks-là, ok, ils sont bizarres, mais ya moyen d'avoir une conversation avec eux, et, surtout, ils feront pas d'histoire lorsque vous vous cacherez derrière eux et leur guitare au moment de la photo.

J'en étais à peu près là dans mes touchantes réflexions pro-freaks quand j'ai croisé, à deux coins de rue de mon point d'arrivée, un gars en vélo que j'ai vaguement entendu émettre quelques mots à mon endroit. Je n'ai pas compris quoi, étant donné que j'étais très prise à évaluer mon appréciation des gens, mais comme il me regardait toujours quand je me suis retournée pour vérifier s'il m'avait vraiment parlé, j'ai eu un espèce de flash-back de New York ("est-ce qu'il vient de me dire *********?") et je me suis souvenue que non, je n'aime pas les freaks.

Mais maintenant que j'y pense (parce que j'ai apparemment de nouveau du temps à perdre), je pense que tout est dans l'approche. Le freak gelé à la guitare de tout à l'heure, par exemple, lui, la première fois que je l'ai vu, il s'est présenté avec un sourire démesuré en disant : "Bonjour, moi, c'est ****." On a tous piqué un fou rire, mais bon, au moins, il avait quand même l'air d'un être humain innofensif. Et c'est, selon moi, la différence fondamentale.

Là-dessus, j'arrête de parler de freaks et je m'en vais prendre une douche en disant que j'ai vraiment besoin de partir en Angleterre l'an prochain (et pourquoi pas avant la session de septembre ? ah, comme j'aimerais...) et en souhaitant un prompt rétablissement au cou de Tweety !
Q10. Le mâle moderne et ses semblables s'adonnent à une opération d'installation d'un nouveau radio d'auto. Quelle étape importante oublieront-ils ?
a. Ils oublieront d'apporter leurs outils à leur lieu de ralliement et perdront une bonne demi-heure à aller les chercher;
b. Ils oublieront de lire le guide d'instructions et perdront ainsi plusieurs heures à sacrer parce qu'ils arrivent pas à tout intaller comme il se doit;
c. Ils oublieront de retirer le CD qui se trouve dans l'ancien radio et ne se rappelleront de celui-ci qu'au bout d'une semaine;
d. Ils oublieront d'installer la prise d'antenne et se retrouveront, une fois l'installation complétée, avec un magnifique radio incapable de capter la moindre station.

R. La bonne réponse est c, mais, personnellement, je crois que le mâle moderne aurait pu oublier toutes les autres étapes...
Enfin. Le fait à noter, ici, c'est que le mâle moderne n'était pas SEUL à savoir qu'il y avait un CD dans l'ancien radio, et qu'ils ont tous, autant qu'ils étaient, négligé ce détail essentiel. Plutôt marrant, quand on y pense...